Pub_Onera
Retour à l'accueil

La Terraformation : science ou fiction ?

Univers, Système solaire, mis à jour le 23/07/2007

Créer une atmosphère sur Mars et y maintenir de l’eau à l’état liquide, construire un ascenseur spatial, envisager des voyages interstellaires…
En matière de science-fiction l’habitabilité d’autres mondes et les travaux d’ingénieurs du ciel s’avèrent être des fantasmes récurrents.
La littérature, le cinéma ou encore les jeux vidéo, en parallèle à l’inspiration scientifique de Carl Sagan et Arthur C. Clark dans les années 1960, vont rêver à la possibilité d’aménager des mondes entiers pour les rendre habitables. Leur cible préférée : Mars la rouge !
Tour des possibles avant que la fiction ne soit bousculée par la réalité…

avec Roland Lehoucq astrophysicien au CEA

    Partager :

vue d'artiste terraformation

© DR

En partenariat avec

CEA
  • La Terraformation : science ou fiction ? 1/2

    22'45            
  • La Terraformation : science ou fiction ? 2/2

    22'14            


Pour aller plus loin…

Discussions…

  • Par Bee Gee, le jeudi 13 septembre 2012 à 08:44 :
    Avant de réfléchir à l'utopie irréalisable de terraformer Mars, prenons garde de ne pas "marsifier" la Terre, et c'est bien ce qui risque de nous arriver !.. En tout cas vive Ciel et Espace !


  • Par alpacks, le lundi 09 juillet 2012 à 11:27 :
    Et c'est APRES un scénario très violent comme je l'ai évoqué, que viendrait les méthodes un peu + douces pour affiner le processus : par des petites comètes, idem régulièrement envoyées dans une zone non habitées sur de très grandes surfaces qui deviendra en toute logique avec l'injection d'un cycle de l'eau : La + grande surface océanique après, par accumulation tant de l'apport d'eau cométaire, astéroïde : que de l'eau prise au piège dans le sous sol marsien qui se réveillerait par sa fonte, et réactivation du niveau thermique en sous sol de la planète ect A l'inverse, les solutions proposées par des CFC ou je ne sais quoi, ne paraissent que faiblement crédible : de par la masse industrielle a prévoir, a moins d'être capable de les fabriquer sur place : et encore ... Il faut passer par un épisode violent, Mars est une planète d'une certaine masse, certes 2x + petite que la terre et encore moins massive : mais suffisamment massive pour qu'il faille y aller a une échelle forte !


  • Par alpacks, le lundi 09 juillet 2012 à 11:21 :
    Et même si la chance de parvenir a redonner vie au cycle thermique géologique marsien échoue a re-liquéfier le coeur cristallisé de Mars et donc a lui donner un champ magnétique qui garantirait une meilleur protection dans le temps de la nouvelle future atmosphère épaisse nécéssaire a la vie qu'on voudrait tenter de faire proliférer ultérieurement sur Mars : Le plan de redonner une atmosphère crédible pour près de 100 millions d'années minimum a Mars, serait lui d'avance gagné : tout en ayant encore de coté les options cométaires non utilisées pour l'entretenir (ou des impacts réguliers dans des zones désertes bien définies et prévues a l'avance par planification, d'astéroïdes de taille moyenne) A mon avis, une terroformation "crédible" de Mars, nécessitera un scénario de ce type ou on y "franco" et sans faire dans la dentelle pour s'assurer une libération de gaz de type volcanique crédible : tant par les impacts en eux mêmes, que les volcans qui persisteront quelques temps après !


  • Par alpacks, le lundi 09 juillet 2012 à 11:15 :
    Non seulement, ces astéroïdes pourraient avoir une chance de redonner littéralement vie a la planète, comme si on lui redonnait une chance par l'accrétion accéléré d'un bombardement ultra tardif : d'acquérir l'énergie thermique en sous sol, qu'elle n'a jamais pu assez accumulée pour tenir assez longtemps par le passé ... Mais en + ces impacts produiraient des quantités de gaz, de façon colossale en injectant des gaz typiquement volcanique connus pour être la base d'une "future atmosphère respirable" : bien qu'il ne le seront évidemment pas dans un premier temps (respirables) Déja une chose est sure, le phénomène ne manquerait pas de déclencher en insistant lourdement un phénomène de "trapp" la ou un seul impact "lourd" sur terre pouvait en déclencher un auparavant : des centaines d'impacts dans la même région sur Mars pourraient ils y parvenir ? Et déclencher un phénomène de libération de gaz volcanique auto-entretenu pour pas mal de temps ...


  • Par alpacks, le lundi 09 juillet 2012 à 11:09 :
    Je pensais par exemple, a la prospection spatiale des astéroïdes qui ne manquerait pas d'en faire une solide classification, et de se servir des astéroïdes tant géo-croiseurs a potentiel problématique pour la terre (ceux qui pourraient s'écraser sur la terre dans 10 000 ans : comme ça, la terre en est débarrassé de façon sure en tant que "menace") et de s'atteler a précipiter sur Mars via une campagne régulière d'impacts fréquents de colosses de toutes tailles a des endroits stratégiques bien calculé pour tenter de transmettre le + d'énergie thermique possible dans le manteau marsien par ses impacts a répétition dans une échelle très courte de temps ! Est il possible qu'une telle chose, ait une chance de transférer assez d'énergie thermique dans le manteau marsien, pour que celui ci en transfert a son tour jusqu'au noyau statique/cristallisé de la planète pour en réactiver la rotation, et l'activation d'un nouveau champ magnétique protecteur ?


  • Par alpacks, le lundi 09 juillet 2012 à 11:02 :
    Je pense qu'il n'y a pas a se poser la question si nous en avons ou pas le droit de le faire ... Il me parait + qu'évident que OUI ! OUI, mais a une condition, qu'avant de le faire (car redonner une atmosphère a mars, voir activer au final un cycle de pluies éventuelles si un tel processus irait jusqu'au bout : relancerait fortement l'érosion sur une géologie qui en connait peu depuis des milliards d'années : ce serait d'avoir AVANT copieusement étudié la planète par des missions, permettant de dire : Mars, y a plus grand chose de + a savoir sur elle ... Et pas avant : ce qui veut dire, que cela pourrait prendre des siècles avant que ces conditions soient réunies et que la planète soit déja colonisée par des bases souterraines ect) Pour le reste, je pense que la solution la + crédible est de précipiter des objets massif sur Mars pour la réactiver, la vrai question est même : aurions nous une chance de réactiver la géophysique marsienne (géologie) par une violente campagne d'impacts ?


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:37 :
    Le mercredi 21 octobre 2009 à 19:51, par Romain
    Bonjour, et comme cela est souvent dit dans ces contributions, un grand merci à Ciel et Espace pour ce site. Roland Lehoucq nous dit à la 5ème minute de l'enregistrement : " - - - l'humanité est d'une certaine façon un ingénieur planétaire - - - une espèce qui intervient à l'échelle globale sur notre planète - - - les conséquences de l'activité humaine sur la biosphère terrestre sont mesurables - - -" A ce compte là, les ruminants aussi devraient être qualifiés d'ingénieurs planétaires ! Le méthane, qu'ils produisent depuis des millénaires, est plus efficace à poids égal que le CO² émis par notre technologie.


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:38 :
    (suite)
    A mon sens, on ne pourra parler d'ingénierie planétaire à propos de l'action de l'humanité qu'à partir du moment où elle se sera donné explicitement un projet d'action à l'échelle du globe, qu'elle s'en sera donné les moyens politiques et qu'elle aura les capacités techniques de le réaliser. Nous en sommes assez loin en cette fin d'année 2009. L'humanité a fait de "l'ingenierie planétaire" comme monsieur Jourdain de Molière faisait de la "prose", c'est à dire sans le savoir, sans le vouloir et sans projet objectivé. Ce n'est pas comme ça que l'humanité risque de terraformer une planète ! Cet "ingènieur planétaire" ne peut même pas se qualifier à posteriori "d'apprenti sorcier" car il ne cherchait aucunement à faire ce qu'il a fait


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:39 :
    (suite)
    On m'a rapporté une anecdote qui peut illustrer mon propos. Lorsque les Etats Unis d'Amérique sont entré en guerre dans les années 40, le président de l'époque aurait convoqué les patrons de l'industrie automobile et leurs aurait annoncé qu'à partir de ce jour plus aucune voiture ne sortirait de leurs usines mais uniquement des véhicules militaires. Aujourd'hui une telle décision devrait concerner tous les secteurs de l'industrie dans le monde entier. Autant il était facile de remplacer des voitures par des véhicules militaires, autant aujourd'hui le défi est d'un autre ordre, il faut changer notre mode de production industriel et il n'y a pas "une" réponse clef en main opérationnelle aujourd'hui et maintenant.


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:39 :
    (suite)
    Pour en revenir à la terraformation d'une planète, comme il est dit dans l'enregistrement, cette idée a vu le jour dans la littérature de science fiction des années 60. A cette époque l'énergie était bon marché et abondante ou du moins le croyait-on, c'était le discours dominant et cela permettait ces rêveries. A moins d'une révolution technologique à venir, cette époque est bien finie, du moins est-ce le discour dominant. Mais une telle révolution technologique peut survenir à tout moment et changerait complètement la donne. Si l'on accepte les conclusions du GIEC, l'urgence est l'arrêt du réchauffement climatique. Voila un beau sujet de terraformation, ici et maintenant ! C'est le défi du XXIème siècle. Il sera toujours temps de penser à Mars si l'humanité négocie victorieusement ce virage !


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:40 :
    (suite)
    Il faudrait peut-être se considérer en état de légitime défense, en état de guerre contre les activités humaines qui amplifient l'effet de serre, contre les activités qui produisent du CO² et cela passera sans doute par un changement de mode de production . . . une vraie révolution en vue ! La question de la démographie "galopante" est à prendre avec circonspection. Les écosytèmes sur terre sont par nature autorégulé. La race humaine n'échappe pas à cette condition du "vivant". La régulation peut prendre toutes sortes de formes, les plus communes étant les famines (manque ou confiscation - confiscation économique - des ressources), les épidémies et les guerres. Guerres pour les ressources (notamment eau et pétrole) et pour les territoires bien sur, quel que soit l'habillage idéologique du moment.


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:40 :
    (suite)
    Il faudrait peut-être se considérer en état de légitime défense, en état de guerre contre les activités humaines qui amplifient l'effet de serre, contre les activités qui produisent du CO² et cela passera sans doute par un changement de mode de production . . . une vraie révolution en vue ! La question de la démographie "galopante" est à prendre avec circonspection. Les écosytèmes sur terre sont par nature autorégulé. La race humaine n'échappe pas à cette condition du "vivant". La régulation peut prendre toutes sortes de formes, les plus communes étant les famines (manque ou confiscation - confiscation économique - des ressources), les épidémies et les guerres. Guerres pour les ressources (notamment eau et pétrole) et pour les territoires bien sur, quel que soit l'habillage idéologique du moment.


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:36 :
    Le lundi 24 août 2009 à 17:49, par raymond
    Les Terriens ont-ils le droit de terraformer une autre planète. Etrange question? Le droit , par rapport à qui et par rapport à quoi ? Les Terriens devenus trop nombreux , devront bien, par nécéssité , résoudre leur problême de manque d'espace.Au nom de quoi pourrait-on leur contester ce droit. Sinon une autre espèce. Surtout pas une philosophie ou une éthique fumeuses comme il en fleurit un peu partout dans le monde de nos jours, sur tout les sujets.L'espèce humaine à toujours été obligée de se battre pour survivre. Elle devra continuer de le faire dans l'avenir. Merci pour vos podcasts qui élèvent notre niveau de conscience et de réflexion, ainsi que nos connaissances, ce qui déplait certainement aux nombreux dogmatiques qui encombrent notre planète.


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:36 :
    Le lundi 6 avril 2009 à 10:12, par Lyokoï
    Suite à ce merveilleux podcast, je suis tout à fait d'accord avecle professeur concernant le fait que notre Terre se rétrécit rapidement. Si je me souviens bien, il faudrait trois Terre actuelle pour nourrir la population humaine. Mais est-ce qu'un départ vers l'espace est la meilleure solution? qui ira vivre sur ces autres planètes? une nation définie? Un ensemble de nation? les plus pauvre? Les plus riches? La propriété est un droit extrêmement flou et subjectif. Ne devrions-nous pas règler ce problème sur notre planète avant de partir se battre pour des bout d'autres astres?


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:35 :
    Le dimanche 22 juin 2008 à 00:59, par Pierre44
    L'ennui, est que pour l'instant on va déja avoir beaucoup de mal à défendre notre propre monde, contre sa destruction lente mais (en en a l'impréssion !) inexorable...


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:35 :
    Le dimanche 9 mars 2008 à 18:07, par romatou
    une autre solution non évoquée pourrait être de modifier l'orbite de mars et la rapprocher de celle de la terre pour la réchauffer d'autant Comment ?par propulsion continue(moteurs atomiques,ioniques?..)est ce imaginable?


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:34 :
    Le dimanche 7 octobre 2007 à 03:35, par scape
    je voudrais repondre a raffael.je comprend tout a fait le fait que tu puisses te demander si d un point de vue ethique l humanité a la droit ou non de modifier une planete.cependant l humanité se developpe a un tel rythme qu il faudra tot ou tard songer a "demenager"tout au moins une partie de celle ci ne serait ce que pour s approprier de nouvelles ressources ou tout au moins continuer d avancer dans notre quete d expansion(qui est tout de meme a mon humble avis une des caracteritiques fondamentale de l espece humaine)la terre se "retrecis" a vue d oeil et les voyages vers d autres planetes"toutes pretes"a nous nous acceullir n etant de fait pas pour demain il faudra donc tot ou tard songer (terraformation ou non)a aller voir ailleur.


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:35 :
    (suite)
    Et dans un domaine plus large que penser du fait que si l espece humaine est seule dans la galaxie elle a mon avis le devoir de propager la vie en general(pas forcement l humain)dans autant d endroit qu elle le pourra..Vaste question


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:33 :
    Le mercredi 15 août 2007 à 21:55, par regis
    Il ne faut pas oublié que nous sommes en sursis sur notre planète et de par ce fait nous sommes obligés de conquérire d'autre planète. Mars ne serait qu'un début pour tester notre capacité a terraformer avant de trouver le moyen de nous déplacer sur une autre planète vivable pour notre espèce.


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:32 :
    Le dimanche 12 août 2007 à 11:44, par houllier
    changer, l'atmosphère de mars en là percutant avec un objet (type astéroide sous forme de glace),n'aurai t'il pas pour effet de modifier,la vitesse de rotation,la trajectoire,l'orbitre de celle ci et cependant,créer un bouleversement dans notre système solaire,ou même au delà de celui ci ?


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:32 :
    Le mercredi 8 août 2007 à 23:02, par Seb
    Je partage les avis de Julien et Nicolas : "Ciel et Espace radio" est vraiment quelque chose d'unique... Bravo !


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:31 :
    Le mercredi 8 août 2007 à 11:06, par juju
    Je voulais rebondir sur la réflexion de Nicolas à Dallas qui dit que vos podcasts sont devenus vitaux pour lui, d'autant plus qu'il est expat. Je suis en France mais vos émissions sont tout autant importantes pour moi. Il n'y a nul part ailleurs où l'on puisse trouver leur équivalent. Dans aucun autre média ces informations sont aussi bien transmises au grand public. Merci.


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:31 :
    Le lundi 30 juillet 2007 à 13:06, par lagarosen
    Plus qu'une question d'éthique, je crois qu'il s'agit d'une question politique : Jusqu'où s'étend la sphère d'influence des terriens? L'absence d'autres formes d'intelligence dans le système solaire nous donne-t-elle le droit de nous l'accaparer (j'aurai tendance à dire oui)? Mars en fait-elle partie? Sous quelle forme "politique" y aller? En désordre chacun dans son coin? Sous l'égide de l'ONU? Bien avant les problèmes techniques & éthiques, il y aura sûrement des problèmes diplômatiques... Chacun voulant tirer la couverture à lui!


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:31 :
    Le lundi 30 juillet 2007 à 10:55, par Raffaël
    La terraformation est un procédé très excitant, mais d'un point de vue éthique, avons nous le droit de modifier une planète?


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:26 :
    Le vendredi 27 juillet 2007 à 16:04, par ivan
    Si la production d?une atmosphère dense semble réalisable (en admettant qu?il y est assez de CO2 et d?H2O dans les calottes glacière de Mars), produire une biosphère ou même simplement une atmosphère riche en oxygène (et donc chimiquement active), et en azote me paraît bien improbable? Les problèmes vont commencer lorsque l?on va importer des microorganismes photosynthétiques (algue bleu ?) afin de transformer une partie du CO2 en O2 (ce qui prendrait au minimum 5000 ans). Sur terre ce processus fonctionne très bien parce qu?il fait partie d?un tout c'est-à-dire d?un écosystème extrêmement complexe et subtil, fruit de milliards d?années d?évolutions, régulant les différentes ressources de la planète à travers des cycles biologiques et géologiques?Prétendre arrivé au même résultat de manière artificielle et « spontané » sur Mars me parait tous aussi improbable que la résurrection de la créature de Frankenstein.


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:27 :
    (suite)
    Ce que je veux dire c?est qu?une planète habitable n?est pas un simple caisson pressurisé à réguler de l?extérieur, mais un gigantesque système autorégulé, c'est-à-dire un système vivant autonome où la géologie deviens véritablement l?ossature dynamique d?un écosystème et non plus un simple support physique inerte. Je ne pense pas qu?on puisse rendre une planète habitable à partir d?une géologie chimiquement « morte » pour la même raison qu?on ne ressuscite pas un être vivant à partir de ces restes osseux... Suffit-il de déverser des algues bleues dans les mers primitives de Mars ? Une algue bleu est quelque chose de déjà très sophistiqué pour être « balancé » dans un milieu minéral aussi primitif, il y aura certainement un manque « d?infrastructure », c'est-à-dire que le terrain doit être « préparé » par une grande diversité de micro-organismes plus « primitifs » capable de joué un rôle indispensable dans le recyclages des différents composant chimiques du milieu.


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:28 :
    (suite)
    Le choix des bactérie à importer risque d?être plus que cornélien, tant il est difficile de prévoir les conséquences de leurs interactions mutuelles, une seule erreur est ce sont des milliers d?années de travail perdue?sans conter sur le problème des possibles contaminations indésirables : il suffit par exemple que la planète soit contaminé par des bactéries spécialisés dans l?oxydation des sédiments organiques pour tous faire capoter (la sédimentation évite que les déchets organiques réabsorbes l?oxygène produit par les algues au cours de leur vie)? Bref à mon avis recréer une biosphère en introduisant artificiellement des organismes vivants sur une planète géologiquement morte me parait aussi illusoire que de mélanger les molécules d?un être humain dans une boite et de voir, après agitation, un homme en sortir?


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:29 :
    (suite)
    Mars restera probablement un désert que des astros-touristes visiterons comme les touristes terriens visites le Sahara, munis de combinaisons ultraconfortable (ou à l?intérieur d'une grande bulle transparente et pressurisé roulant sur le sol), loin de la terre, dans ce lieu propice à la métaphysique l?homme pourra librement méditer sur la valeur inestimable de notre propre planète?


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:26 :
    Le mardi 24 juillet 2007 à 09:01, par lagarosen
    Ne serait-il pas possible de trouver la fréquence propre au coeur de Mars afin de faire rentrer en résonance et de tenter de le "liquéfier" à nouveau? Ce qui pourrait peut-être réactiver le champs magnétique de la planète...


  • Par Archives, le jeudi 22 avril 2010 à 16:26 :
    Le vendredi 20 juillet 2007 à 18:50, par nicolas
    je n'ai meme pas encore ecoute cette nouvelle emission, mais je voulais neanmoins vous dire combien vos podcasts sont devenus vitaux pour moi. il n'est pas facile, en tant qu'expatrie, de trouver des emissions en francais, qui plus est sur l'espace. surtout n'arretez jamais! nicolas, dallas, Texas


Échangez vos idées…

Participez à cette discussion et contribuez par vos questions et vos commentaires à un échange d'informations. Partagez aussi votre savoir, nous restons à l'écoute ! Afin de garantir la lisibilité de vos discussions les commentaires sont limités à 2000 caractères et l'abus de posts consécutifs et à proscrire. Cet espace est réservé à une discussion en rapport avec le contenu de cette page, pour toute autre question (technique ou autre), contactez-nous.

Il vous reste 2000 caractères pour votre commentaire.